La famille du défunt Yéro Diallo : endeuillé, sans moyens et un avenir incertain.

Suite à la perte bouleversante du directeur de l’école de Débi et Tiguet, Yéro Diallo, nous apportons tout notre soutien à sa famille endeuillée.

Je souhaite débuter cet article par un hommage à cet homme : c’était un individu admirable qui, durant ses 16 années à la tête de l’école, a fait preuve d’un dévouement immense pour l’éducation des enfants malgré les défis énormes auxquels il était confronté. Sans soutien gouvernemental, dans des conditions financières désastreuses et une école délabrée, il a tenu bon, couvrant les frais de fournitures, d’électricité et d’eau de sa poche. Son maigre salaire lui servait également à subvenir aux besoins de sa famille, qu’il ne voyait que rarement car il avait fait le poignant sacrifice de travailler à deux journées de transport de chez lui, élevant trois enfants, puis deux, après avoir tragiquement perdu l’un de ses précieux petits.

Je cite Monique, directrice de l’association Mama Africa a son sujet : « Monsieur Diallo, quand je l’ai rencontré il y a 2 ans par l’intermédiaire de Daniel Pérou, j’ai ressenti à son contact un grand épuisement chez cet homme dévoué à sa tâche d’enseignant : il n’en pouvait plus de devoir affronter seul toutes les difficultés de son école. L’idée de Mama Africa, par l’intermédiaire de Daniel Pérou, lui avait redonné la force de voir son école comme un lieu digne d’éducation. Son esprit et son âme vont continuer à être le cœur de cette école et chaque enfant qui évoluera dans la vie le devra à son grand courage de ne pas avoir abandonné. Dieu vient en aide à tous ceux qui servent des causes justes. »

Ce dont il s’agit dans cet article, c’est de sa famille : sa femme Kadidiatou et ses deux enfants de 20 et 10 ans, Cheikh Mbaye et Coumba. Trouver un emploi et gagner un salaire décent n’est pas une chose aisée au Sénégal, et Yéro Diallo était le seul à avoir un emploi. Aujourd’hui, c’est dans la précarité financière que Kadidiatou et ses enfants vivent leur deuil.

De son côté, son jeune fils Cheikh Mbaye, qui est à présent l’homme de la famille, voit brusquement son rêve s’envoler en éclats. C’était son père qui finançait son entraînement dans un institut de football.
Pour lui, le foot est un rêve, une passion, et surtout son espoir à lui de construire un avenir pour sa famille. Si nous ne l’aidons pas, cet espoir ne restera peut-être qu’un rêve.
Les frais pour intégrer son centre de formation s’élèvent à 100 000 francs CFA par mois, ce qui revient environ à 150€.

Aujourd’hui, nous menons deux actions simultanées pour tenter à la fois d’alléger le fardeau financier qui afflige cette famille endeuillée, mais nous recherchons également des parrains pour soutenir Cheikh Mbaye dans la réalisation de son rêve et la construction d’un meilleur lendemain.

20 février 2024

La famille du défunt Yéro Diallo : endeuillé, sans moyens et un avenir incertain. Read More »

Hommage à un Homme Exceptionnel, Monsieur Yéro Diallo

Nos cœurs sont empreints de tristesse alors que nous rendons hommage à un homme extraordinaire, Monsieur Yéro Diallo, qui a dirigé avec bravoure l’école comprenant 800 élèves de Débi et Tiguet pendant seize années, faisant face à des conditions désastreuses.
Originaire de Kolda en Haute Casamance, Monsieur Diallo a fait le sacrifice poignant de travailler à deux journées de transport de sa famille, élevant trois enfants, puis deux, après avoir tragiquement perdu un de ses précieux petits.


En tant que directeur de l’école, Monsieur Diallo a dû affronter des défis insurmontables :
Depuis trois années consécutives, l’État n’a pas fourni de subvention, laissant l’établissement dans une situation financière précaire. Néanmoins, avec un dévouement inébranlable, Monsieur Diallo a utilisé son maigre salaire pour maintenir l’école en vie, couvrant les coûts des craies, des fournitures, ainsi que des factures d’électricité et d’eau. Son engagement s’étendait bien au-delà des heures de travail régulières, investissant tout son temps, sept jours sur sept, pour le bien-être de l’école.


Daniel Pérou, le vice-président de Mama Africa, entretenait une relation particulière avec Monsieur Diallo. En étroite collaboration dans le cadre du projet de réhabilitation de l’école et du projet de bienveillance, Daniel est profondément touché par son départ prématuré. La perte de Monsieur Diallo est ressentie non seulement au sein de sa famille et de l’école mais également dans la grande famille de Mama Africa.

Monsieur Yéro Diallo restera dans nos mémoires comme un homme de dévouement, de sacrifice et de courage. Puissent ses enseignements perdurer, et que son âme repose en paix.

Yéro Diallo, le défunt directeur de l'école élémentaire de Débi et Tiguet au Sénégal, assis sur une chaise, souriant
Yéro Diallo directeur de l’école débi tiguet au Sénégal Association Mama Africa

Hommage à un Homme Exceptionnel, Monsieur Yéro Diallo Read More »

Éradiquer la Violence à l’École : Un Engagement pour un Avenir Meilleur au Sénégal

NON au châtiment corporel dans les écoles !

Au cœur des écoles primaires publiques sénégalaises, une réalité troublante persiste : la majeure partie des enseignants ont recours aux châtiments corporels, une pratique formellement interdite par la loi. Malheureusement, la quasi-totalité des enfants témoignent avoir été victimes de violences à l’école.

C’est en novembre 2022, lors d’une visite à dans une école élémentaire que Daniel Perou, trésorier de l’association, a été le témoin bouleversé d’une scène insoutenable. Un enseignant s’acharnait violemment sur les enfants, les frappant avec une courroie de moteur crantée qu’ils appellent une cravache. Choqué, Daniel Perou a décidé de faire de l‘éradication de la violence à l’école une priorité dans ses engagements.

Objectif : Éduquer par la Bienveillance

L’objectif de cette initiative est clair : démontrer l’importance de la bienveillance à l’école et ses bienfaits pour tous les acteurs impliqués : les élèves, les parents, les enseignants et la direction des écoles. Il s’agit d’un défi complexe et délicat, nécessitant une approche réfléchie et respectueuse du contexte culturel sénégalais.

Nous ne cherchons pas à imposer un modèle éducatif européen, mais plutôt à adapter les pratiques tout en respectant les traditions locales. En mettant en place ce projet dans les écoles AFE et Débi/Tiguet, où nous sommes déjà impliqués, nous aspirons à créer un environnement d’apprentissage sûr et propice à l’épanouissement des élèves. De plus, nous espérons que notre démarche servira de modèle pour d’autres établissements à Saint Louis et dans le département.

Une Conviction Profonde : Un Enseignement Sans Violence Est Possible

Nous croyons fermement qu’un enseignement sans violence est non seulement possible, quel que soit le contexte, mais qu’il contribuera à bâtir un avenir meilleur pour la société sénégalaise. En citant Victor Hugo, nous rappelons que “Ouvrir des écoles, c’est fermer des prisons.” Ensemble, travaillons pour un avenir où l’éducation est synonyme de bienveillance, d’épanouissement, et de construction d’une société plus juste et équilibrée.

Éradiquer la Violence à l’École : Un Engagement pour un Avenir Meilleur au Sénégal Read More »

L’éclat solidaire des Marchés de Noël Mama Africa

C’est dans le cadre enchanteur du village de Saint Chely d’Aubrac, où les ruelles étaient illuminées avec des lampions et des messages inspirants sur l’accueil, la paix, la tolérance, le partage, et la solidarité, que les bénévoles dévoués de l’association ont célébré la diversité et l’unité de leur communauté.

La soirée lumineuse a été le prélude à un événement superbe : la célébration de 13 nationalités différentes qui ont trouvé refuge dans ce village accueillant depuis trois ans. Des couples vietnamiens avec enfants, des personnes d’Érythrée, des Américains et des Suisses, des Arméniens, des Belges, des Turques, des Ukrainiens, des Portugais, des Moldaves, des Marocains, des Italiens et des Anglais ont tous été chaleureusement accueillis et fêtés.

Au cœur de cette célébration, la salle des fêtes du village a été le théâtre d’un festin culturel où chaque nationalité a partagé ses spécialités culinaires. Un véritable voyage gustatif où les saveurs du monde se sont rencontrées dans une ambiance chaleureuse. La soirée s’est conclue par un geste symbolique, le lancement de torches illuminant le ciel d’un bleu encre, défiant un froid glacial de -5°.

Le lendemain, le village a pris vie avec l’ouverture du marché de Noël, une effervescence qui a également accueilli l’association Mama Africa. Sur un étalage de satin rouge, les créations des artisans sénégalais ont brillé de mille feux. Monique, la présidente de l’association, a suscité l’intérêt des visiteurs en partageant des anecdotes captivantes sur le Sénégal, le travail remarquable de Daniel, et la beauté des bateaux de pêche au parfum enivrant de l’océan.

Le stand de Mama Africa, imprégné d’une énergie solidaire, a connu un franc succès. Les bénévoles, y compris deux nouvelles recrues, ont partagé avec enthousiasme l’histoire de Mustapha et ses sculptures en bois, les bronzes d’Idrissa, les confections de tissus par Serigne et Babacar, et les tortues de Mor. Chaque vente a contribué à soutenir ces artisans talentueux et à financer les projets humanitaires de l’association.

Les marchés de Noël Mama Africa ont ainsi enchanté les cœurs, créant une synergie unique entre la célébration festive de la saison et l’engagement humanitaire. Cette initiative rayonnante réaffirme l’importance de la diversité, de la solidarité et de la générosité, des valeurs essentielles qui transcendent les frontières et réchauffent les cœurs, même par un froid hivernal de moins cinq degrés.

Le stand du marché de Noël de l'association humanitaire, un volontaire souriant se tenant derrière. Couverte de satin route, la table est recouverte d'une multitude d'objet artisanaux colorés venus du Sénégal.

L’éclat solidaire des Marchés de Noël Mama Africa Read More »

Les pompiers de Laguiole en mission au Sénégal

Les pompiers de Laguiole en mission au Sénégal

Du 26 octobre au 3 novembre, ainsi que du 9 au 16 novembre 2001, les pompiers de Laguiole s’étaient pleinement engagés dans une noble mission : acheminer du matériel à Sandiara, le berceau de l’association Mama Africa.

 

Le représentant de l’association partenaire, “Nanor”, Monsieur Ndiaye, accompagné de la sage-femme du centre de soins de Sandiara, Madame Diane, des enseignants, et de la correspondante de l’association à Dakar, Madame Ba, s’étaient désigné pour accueillir chaleureusement les pompiers. Ils ont coordonné avec enthousiasme leur accueil.

 

 

Lors de cette mission humanitaire, les pompiers ont pu apporter des machines à coudre, du matériel scolaire et des médicaments. L’accueil réservé a été des plus chaleureux, créant des liens durables entre les deux communautés. Les pompiers, profondément touchés par cette expérience, conserveront longtemps le souvenir ému de ce voyage riche en rencontres conviviales et en découvertes.

Pompiers de laguiole en mission au Sénégal pour apporter du matériel, article de journal

Les pompiers de Laguiole en mission au Sénégal Read More »

Retour en haut